Travailler à Metz en 2030 : rencontre avec des entreprises du troisième type !

imagine-metz-2030-travailler-adoptemetz

Pour qui et pour quoi travaillerai-je ? Où ? Dans quelles conditions de travail et de formation pourrai-je évoluer ? A quoi pourrait l’économie messine en 2030 ? Répondre à ces questions était le défi lancé à mon imagination dans ce nouvel article de la rubrique Imagine Metz en 2030 !

En 2030, je travaille au sein d’une petite structure associative que j’ai fondée au milieu des années 2020. Grâce au dispositif « Créasso » de la Ville en faveur de la création d’associations d’intérêt général, et après un passage par le dispositif de formation continue de Metz Métropole, j’ai pu créer mon association. Celle-ci anime plusieurs espaces de travail partagés, répartis dans les différents quartiers de Metz. Explications ci-dessous !

En 2030, on fait pousser les graines de territoire !

imagine-metz-2030-travailler-adoptemetz
Banc public dans le quartier de Bellecroix, où l’on peut lire à l’ombre des arbres centenaires…

Dans les années 2020 à Metz, la mentalité économique a changé. On s’est mis à défendre un meilleur équilibre entre les notions d’attractivité (consistant à attirer des employeurs et des personnes à forts potentiels sur le territoire) et de développement (consistant à faire pousser les graines de talents et d’entreprises nées sur le territoire).

Plusieurs origines à ce changement : l’évolution du marché du travail avec la réduction des gros employeurs traditionnels et le boom de l'(auto)entrepreneuriat dans les années 2020, mais aussi  l’entrée des citoyens dans les choix économiques de la Métropole avec la pratique du référendum d’initiative populaire, qu’on a fait failli faire au moment de la décision d’implantation d’Amazon à Frescaty.

Et c’est pour faire du développement que j’ai créé des espaces de travail partagés pour les associations, les petites entreprises et les travailleurs indépendants,  dans tous les quartiers de la Ville et les communes autour de Metz.

Sur la Métropole de Metz en 2030, on ne recherche plus l’attractivité à tout prix, mais aussi le développement des personnes et donc des activités nées sur le territoire.

Comme l’urbanisme, l’économie locale s’est densifiée. L’offre de formation initiale et à tous les âges, l’assistance à la création d’associations employeuses, l’aide à la création d’entreprises et de startups, l’accompagnement aux reconversions professionnelles ont été très soutenus à Metz dans les années 2020. J’en suis un pur produit ! Cet accompagnement a été spécialement utile pour des nanas comme moi : au milieu de notre trentaine, nous étions nombreuses à avoir ce projet après connu une sortie de route professionnelle à cause d’un déménagement, d’un licenciement ou d’un burn out.

L’assistance à la création d’associations employeuses et l’accompagnement aux reconversions professionnelles ont été très soutenus à Metz dans les années 2020.

Mobilisation générale pour la formation tout au long de la vie professionnelle !

imagine-metz-2030-travailler-adoptemetzEn effet, j’ai été l’une des premières à m’inscrire au début des années 20 dans un dispositif de formation continue de Metz Métropole.

Vous connaissiez l’Université du Temps libre à Metz, ou les cours municipaux pour adultes de la Ville de Paris ? C’est le même principe, mais on va au-delà des cours de culture générale dispensés aux membres du vénérable troisième âge dans les Universités, et au-delà des ateliers d’artisanat et de langues dans les MJC. Ici, l’offre de formation sur le territoire de Metz Métropole permet aux actifs d’acquérir toutes les compétences nécessaires pour s’adapter aux changements dans le monde professionnel.

Avec Pôle Emploi, l’APEC, les réseaux professionnels comme MyRéseau et Est’elles Exécutive, l’Université de Lorraine, les programmes d’incubation et d’innovation de grandes entreprises présentes à Metz et les associations d’éducation populaire, Metz Métropole (avec l’aide de terrain de la Ville) coordonne et propose un véritable catalogue de formations continues. Elle s’est d’abord assuré que ce catalogue soit adapté aux besoins d’emploi sur la Métropole et la Région en utilisant les algorithmes de l’entreprise messine MyXtramiles, spécialisée dans le recrutement. Le format est varié : séminaires de formation en semaine ou le week-end, ou cours du soir. Les matières sont nombreuses : du développement web à la gestion des conflits, de l’anglais au chinois, de la production de contenus web au e-marketing, de la gestion de projet à la gestion administrative pour tous types d’entreprises et de micro-entreprises, en passant par le développement personnel et connaissance de soi, …

Metz Métropole coordonne un véritable programme de formation continue permettant à tous les actifs de s’adapter aux changements dans le monde professionnel.

Pour ma part, j’ai suivi une formation en création et gestion administrative d’une association, animation de réseau professionnel, recherche de financements européens, conciergerie de tiers-lieux et coaching, pour pouvoir mener à bien mon projet : développer dans tous les quartiers de Metz des espaces de vie et de travail pour les professionnels en activité, en reconversion ou en recherche d’emploi.

Des espaces de vie et de travail partagés dans tous les quartiers

imagine-metz-2030-travailler-adoptemetz
Arbre en fleurs devant les façades de la rue des bénédictins à Metz

Rappelez-vous, au début du siècle, chaque organisation travaillait dans des locaux bien distincts, selon son type : les associations dans les maisons de quartiers souvent décrépites, les autoentrepreneurs dans les espaces de coworking et les petites entreprises dans les incubateurs.

Dans les espaces que j’anime, ces gens et ces petites organisations cohabitent afin de mutualiser les moyens, les connaissances, et même leur vision du monde ! Cela permet aux associations de monter en compétence au même niveau que des professionnels d’entreprises, et aux autoentrepreneurs de bénéficier de locaux peu chers car les loyers sont proportionnels à leurs revenus.

Dans les espaces de vie et de travail partagés, les individus et les petites organisations cohabitent afin de mutualiser les moyens, les connaissances, et même leur vision du monde !

On y rencontre donc des agents publics ou des ingénieurs qui travaillent à distance, des professeurs de collège en train de corriger leurs copies, des free-lances traducteurs, codeurs, designers, des professions libérales comme des avocats ou des comptables qui y trouvent autant des clients que des associations où s’engager bénévolement, des chômeurs en train de chercher un emploi, ou encore des salariés et bénévoles d’associations, des nouveaux habitants à Metz qui cherchent à développer leur réseau local et déployer leur activité …

On y croise même des chercheurs d’emplois, des profs en train de corriger leurs copies, des esthéticiennes à domicile, des infirmières libérales qui font leur travail administratif, …

Ces espaces de travail partagé sont de véritables espace de mixité économique et sociale disséminés dans les quartiers !On en trouve environ un à trois par quartier, et un à deux dans les communes limitrophes. Pour résoudre la vacance dans les immeubles de centre-ville et apporter des travailleurs dans tous les quartiers, la Ville a incité les propriétaires à transformer leurs logements en bureaux. Il fallait bien cela pour accueillir le nombre croissant de micro-entreprises et de travailleurs freelance !

Des appartements ont été reconvertis en espaces de travail, de services et de vie.  Ainsi, on cultive sur le balcon, on se réunit dans la cuisine, on travaille dans la salle à manger ou le bureau, on partage le goûter ou le café dans le salon, on fait du yoga ou la sieste dans la chambre, on reçoit ses clients dans un boudoir, …

Les professionnels indépendants ou une reconversion trouvent ce qui pouvait leur manquer il y a encore quelques années à Metz : de la solidarité et de l’entraide, de premiers partenaires de collaboration, de l’aide dans tous les aspects de leur activité, des clients, mais aussi des clés de développement personnel et des ateliers autour du bien-être : jardinage, relaxation, sport…

Pour résoudre la vacance dans les immeubles de centre-ville et apporter des travailleurs dans tous les quartiers, la Ville a incité les propriétaires à transformer leurs appartements en espaces de travail, de services et de vie.

Le soutien à l’entrepreneuriat associatif

L’un des espaces partagés dont je parlais plus haut accueille notamment un incubateur pour associations, qui reprend le meilleur des incubateurs d’entreprises pour soutenir les projets de création d’association.

imagine-metz-2030-travailler-adoptemetz
Les stands associatifs au pied du Temple neuf lors des Fêtes de la Mirabelle en août 2016

Car à Metz en 2030, une forme nouvelle d’entrepreneuriat est à l’honneur : l’entrepreneuriat associatif, parce qu’on constate que les associations peuvent être créatrices non délocalisables. Mais l’emploi associatif étant souvent précaire, il était important de soutenir dans le temps la pérennité et le développement des associations messines pour que les emplois soient pérennes.

Tout comme les startups et les entreprises de l’économie sociale et solidaire, les associations formées à partir de collectifs citoyens ou de pionniers de l’intérêt général disposent de leurs dispositifs de soutien.

Si un habitant ou un groupe d’habitants de la Métropole a un projet associatif, il bénéficie d’un local gratuit durant deux ans. Il est aidé à élaborer ses dossiers de subventions auprès des acteurs publics et privés, à consolider son argumentaire et sa communication, à recruter ses bénévoles, à définir ses statuts et son fonctionnement, à trouver des ressources humaines et matérielles dans le tissu associatif de Metz. Les associations peuvent intégrer un groupement d’employeurs qui leur permet de mutualiser un responsable administratif, un chargé de communication, un chercheur de fonds ou un chargé de projets.

imagine-metz-2030-travailler-adoptemetz
Vue des anciens bureaux syndicaux à l’U4 à Uckange

Zéro chômeur de longue durée !

Parmi les occupants des espaces de travail que j’anime se trouvent des entreprises d’un genre nouveau : les « entreprises à but d’emploi ». Les entreprises à but d’emploi sont les filles du dispositif Territoire Zéro chômeur de longue durée créé par l’association ATD Quart Monde (une asso, justement !) dans les années 2000, puis autorisé officiellement par la loi à être expérimenté dans 10, puis 30 territoires.

En Lorraine, le premier territoire à se lancer était le Pays de Colombey Sud Toulois, et a créé une recyclerie et une entreprise de diagnostics de bâtiments. La Ville de Metz s’est emparée du dispositif au début des années 2020, au moment où la méthode était bien établie : mobilisation des acteurs locaux de l’emploi, rencontre avec des chômeurs longue durée volontaires, identification de besoins sur le territoire non pourvus, création de l’entreprise à but d’emploi qui répond aux besoins locaux en employant les personnes volontaires. 

Et vous ? Metz en 2030, vous l’imaginez comment ?

Pour qui, où et comment travaillerez-vous ? N’hésitez pas à laisser vos idées ou vos scenarii en commentaire !

Et si vous vous sentez bien dans ce voyage dans le futur, je vous propose d’explorer un nouvel aspect de Metz en 2030 dans les autres articles sur l’alimentation et sur la santé.

imagine-metz-2030-adoptemetz
Visuel créé par @adoptemetz à partir du visuel de la campagne Je vote Metz, conçu par l’agence Inspire Metz et Philippe Starck pour la candidature de Metz au titre de European Best Destinations 2019

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.