Mes 10 premières fois au Centre Pompidou-Metz

centre-pompidou-metz-adoptemetz
Le Centre Pompidou-Metz a dix ans ! Sur ces dix ans, j’en ai vécu quatre puisque mon arrivée à Metz date de 2016. Et je m’y suis fait des souvenirs assez nombreux et inoubliables. Ainsi, pour marquer cet anniversaire, je partage ici dix anecdotes de dix « premières fois »  que j’ai vécues au Centre Pompidou-Metz. Certaines renvoient à de bons souvenirs très personnels, car je l’ai visité plusieurs fois en famille. D’autres renvoient à des expositions qui m’avaient tellement enchantée que j’avais écrit un article dessus : je propose de les redécouvrir !

1. La première fois que j’ai vu le Centre Pompidou-Metz

… je n’étais pas à Metz !
La première fois que j’ai vu le Centre Pompidou-Metz, c’était via une photo du projet en 2007. Je travaillais alors à La Défense comme consultante en développement territorial et je conduisais une étude comparative (un « benchmark » en bon jargon de consultante !) sur les quartiers modernes qui allaient propulser les grandes et moyennes villes d’Europe sur le podium des villes les plus attractives.
vue-aérienne-projet-quartier-amphithéâtre-metz
Vue aérienne du projet de quartier de l’amphithéâtre de Metz (c) Ville de Metz
Avec le nouveau quartier de l’Amphithéâtre et son phare architectural le Centre Pompidou-Metz, Metz devait prendre le même chemin que des villes pionnières européennes comme Barcelone et le quartier @22, Valence et son Palais des arts, Hambourg et la Philharmonie de l’Elbe, Bordeaux et son projet de Cité européenne du vin, ou encore Malmö avec son écoquartier Vestra Hamnen. Ces villes européennes faisaient alors le pari d’augmenter leur image, leur économie et leur attractivité touristique par l’émergence d’un éco-quartier doté d’un équipement culturel de pointe, avec une architecture exceptionnelle, signée d’un grand nom international.
L’histoire a montré qu’après des débuts en dents de scie (très bien racontés dans cette rétrospective du Républicain Lorrain), le Centre Pompidou-Metz a réellement attiré l’attention, puis la venue de touristes à Metz.

2. La première fois que j’ai photographié le Centre Pompidou-Metz

La première fois que j’ai vu de mes propres yeux le Centre Pompidou-Metz, c’était le 14 juillet 2015, lors de ma première visite à Metz. Nous étions encore parisiens à ce moment-là et notre excursion était trop courte pour que nous puissions le visiter. Je n’avais pas pris beaucoup de photos (je n’étais pas encore aussi mordue de photographie qu’aujourd’hui à ce moment-là !). Mais, déjà, sa blancheur éclatante et sa légèreté apparente m’avaient saisie.
centre-pompidou-metz-adoptemetz

3. La première fois que j’ai visité le Centre Pompidou-Metz

Mais la première fois que j’ai pu vraiment prendre le temps de faire la visite, savourer les oeuvres et m’imprégner des lieux, c’était quelques mois plus tard, lors de  l’exposition Entre deux mondes. J’ai raconté ce que j’avais vu et appris de cette exposition franco-allemande passionnante sur cet article. La première fois que je suis entrée à l’intérieur du Centre Pompidou-Metz, en juillet 2016, j’étais accompagnée de ma fille et sur le point d’accoucher. Nous avons découvert ensemble les expositions Musicircus et l’oeuvre renversante Under the water de Tadashi Kawamata qui m’avait fait m’exclamer : Ils sont fous à Metz !   

centre-pompidou-metz-exposition-entre-deux-horizons
Exposition Entre deux horizons, Centre Pompidou Metz, 2016
Originaire de la région des châteaux de la Loire, qui baigne dans les arts de la renaissance, puis venant de Paris où je ne manquais aucune exposition impressionniste, je manquais de culture générale sur l’art contemporain et les grands artistes internationaux. Le Centre Pompidou-Metz m’aide à combler mes lacunes en me faisant rencontrer Lee Ufan, Fernand Léger, Rebecca Horn, Oskar Schlemmer, … A moi, mais aussi aux plus petits … 😉

metz-le-beau-est-partout-fernand-leger-centre-pompidou-adoptemetz

metz-le-beau-est-partout-fernand-leger-centre-pompidou-adoptemetz
Tableau de Fernand Léger présenté dans l’exposition Fernand Léger. Le beau est partout.

4. La première fois que j’ai vu Metz depuis le Centre Pompidou-Metz

Depuis la Galerie 2, on voyait le quartier de l’Amphithéâtre comme un champ de grues et de gravats ! Le centre Muse et le palais des congrès étaient en train d’être construits.

Chaque fois que je me rends au Centre Pompidou-Metz, je n’oublie jamais d’aller aux extrémités des galeries découvrir les paysages de Queuleu ou du centre-ville sous différentes lumières et météos.  Je m’amuse aussi des correspondances ou des contrastes qui apparaissent entre le paysage messin et les oeuvres.

metz-depuis-centre-pompidou-metz-directed-growth-haacke-adoptemetz
Le quartier de Queuleu derrière l’oeuvre Directd Growth de Hans Haacke, présentée dans l’exposition Jardin infini en 2017.
metz-depuis-centre-pompidou-metz-adoptemetz
Metz engloutie ! On dirait que le quartier de Queuleu est submergé sous l’oeuvre flottante « Under the water » de Tadashi Kawamata, présentée dans l’exposition monumentale Sublime. Les tremblements du monde » en 2017

La cathédrale Saint-Etienne de Metz est comme une oeuvre dans le cadre formé par les baies vitrées du Centre Pompidou-Metz. Le Centre Pompidou regarde l’emblème huit fois centenaire de sa ville d’adoption.

vacances-noël-metz-activités-enfants-adoptemetz
Metz apparaissant derrière le décor reconstitué d’un opéra, pendant l’exposition Opéra-monde du Centre Pompidou-Metz en 2020

5. La première fois que mon fils a visité le Centre Pompidou-Metz

La première fois que mon fils a visité le Centre Pompidou-Metz, il était bébé et je le tenais serré contre moi dans son porte bébé. Nous nous étions amusés devant les mobiles miroirs présentés dans l’exposition Musicircus ! Depuis, je me suis fait d’autres très bons souvenirs avec lui au Centre.
Puis nous sommes revenus vivre l’aventure de la couleur, mais le sable de l’œuvre était si tentant pour lui, qui avait l’âge de la passion des bacs à sable, que j’ai évité de revenir trop souvent avec lui !
centre-pompidou-metz-aventure-couleur-adoptemetz
D’autant qu’il s’apprêtait à peindre sur les murs…
centre-pompidou-metz-aventure-couleur-adoptemetz
En 2020, à trois ans passés, il peut aller avec sa grande soeur expérimenter les ateliers dans la capsule. Des artistes imaginatifs et des médiateurs adorables et patients proposent régulièrement des activités nouvelles. Les ateliers jeune public sont un incontournable de mes articles sur les activités à faire à Metz avec les enfants pendant les vacances scolaires !

6. La première fois que j’ai fêté un anniversaire au Centre Pompidou-Metz

La première fois que j’ai fêté un anniversaire au Centre Pompidou-Metz, c’étaient les 37 ans de mon mari lors d’un déjeuner en amoureux à la Voile blanche. Deux ans après, nous y avons à nouveau fêté son anniversaire, en présence de 5 amis proches que nous nous sommes faits à Metz.
Pour accéder au restaurant, il fallait entrer de nuit dans le hall du musée déserté, et vivre une sensation peut-être semblable à celle d’un fantôme à l’opéra ?
J’aimais beaucoup le restaurant La Voile blanche et sa fermeture m’a peinée. Ma première déception liée au Centre Pompidou-Metz !
la-voile-blanche-centre-pompidou-metz
La Voile Blanche, restaurant du Centre Pompidou Metz

7. La première fois que j’ai fait du sport dans un musée

yoga-centre-pompidou-metz-adoptemetz

… c’était au Centre Pompidou-Metz en mai 2019, et plus précisément c’était du yoga ! En lien avec l’exposition de l’artiste japonais Lee Ufan, le Centre accueillait le dimanche matin des séances de yoga.
C’est l’occasion pour moi de remercier encore les organisateurs pour ce moment exceptionnel, et redire à quel point j’ai aimé cette exposition vibrante et méditative sur Lee Ufan. J’avais décrit mon envoûtement dans cet article, il y a un an tout juste.
lee-ufan-centre-pompidou-metz lee-ufan-centre-pompidou-metz lee-ufan-centre-pompidou-metz lee-ufan-centre-pompidou-metz

8. La première fois que j’ai ouvert un livre de littérature japonaise

les-delices-de-tokyo-durian-sukegawa

La première fois que j’ai ouvert un livre de littérature japonaise, c’était à la librairie du Centre Pompidou-Metz, pendant la saison japonaise. L’ouvrage est Les délices de Tokyo de Durian Sukegawa, un livre sur la cuisine, la transmission, la découverte de l’autre, le rapport à la maladie (ici, la lèpre). Je vous le recommande absolument et je vous recommande vivement d’aller flâner à la librairie du Centre, où l’on peut dénicher des livres extraordinaires pour faire découvrir l’art aux enfants, ou découvrir des auteurs étrangers.

9. Mon premier fou rire lié au Centre Pompidou-Metz

Mon premier fou rire lié au Centre Pompidou-Metz a éclaté quand mon fils de trois ans m’a déclaré très fermement son désir d’aller voir le gorille au Centre Pipidou.
L’invitation était irrésistible !
Et d’ailleurs, mon fils continue à surnommer le Centre ainsi.
vacances-noël-metz-activités-enfants-adoptemetz
King Kong « L’Affaire Makropoulos » (2007) de Malgorzata Szczęśniak, exposé au Centre Pompidou-Metz en 2019 pour l’exposition Opéra monde

10 – La prochaine fois que j’irai au Centre Pompidou-Metz …

J’irai découvrir l’une des trois expositions annoncées par le Centre dans ces trois ravissantes invitations lorsque ce drôle de printemps confiné sera passé. J’espère très fort que la situation s’améliorera d’ici à l’automne pour que mes parents puissent découvrir avec moi l’exposition exceptionnelle qui se prépare sur Chagall et l’art du vitrail ! En attendant, je pique connaissances et idées d’activités sur la page Facebook du Centre Pompidou-Metz, très actif pendant le confinement !

centre-pompidou-metz-expositions-2020

Et vous, avez-vous de bons souvenirs esthétiques, et même familiaux, au Centre Pompidou-Metz ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.