Balade à Metz à la recherche du temps perdu avec le passionné Thomas Wilwert

visite-metz-thomas-wilvert-adoptemetz
Le seul après-midi ensoleillé de ce gris janvier 2018, j’ai eu le privilège de parcourir le vieux Metz avec Thomas Wilwert, passionné qui organise des visites individuelles ou presque pour présenter les petits détails architecturaux qui font la grande histoire de Metz. Lever les yeux, scruter les façades de metz à travers un jeu de piste que Thomas se fait un plaisir d’organiser pour nous, et qui nous fait traverser 3000 ans d’histoire de Metz. Mais pas n’importe quelle histoire ! L’histoire glorieuse de Metz dont la Place Saint Louis et la Colline Sainte Croix ont gardé de précieux témoignages !

Au-delà des visites guidées du centre historique de Metz organisées par l’Office du tourisme sur des thèmes classiques ou plus originaux – comme l’écologie urbaine -, je recommande d’aller découvrir Metz avec des passionnés de la Ville, comme Roby du Solis Mettensis, Claude Buttner de l’Association Sites et monuments de Moselle, Sophie du blog Et pourquoi pas Metz ou encore Thomas Wilwert, que je veux vous présenter (ou représenter !) ici. Ceux-ci savent partager leurs savoirs acquis à force de curiosité et de recherches, dans des visites privatives où l’on peut marcher à son rythme, poser toutes ses questions bonnes ou stupides sans subir les leçons d’histoire de quelques visiteurs trop savants ou suffisants qui arrivent parfois à se glisser dans les groupes et à vous gâcher une balade !

Thomas Wilwert, celui qui aidait les gens à mieux voir …

Thomas Wilwert était opticien au moment où il a commencé à photographier les détails architecturaux des vieilles façades messines, et créer le groupe Metz en photos, en histoires et en images pour interpeler les connaisseurs de Metz afin qu’ils l’aident à expliquer l’origine et l’histoire de ces détails (une excellente manière de réveiller la mémoire et l’intelligence collectives, et de mettre en évidence qu’à Metz, on n’en manque pas !)

Sa passion pour l’histoire et l’architecture du vieux Metz a fini par l’entraîner vers une nouvelle activité indépendante : celle d’organisateur de visites pour les particuliers et les groupes (à 20 personnes maximum, pour garder de la proximité avec les gens et pouvoir engager une vraie conversation en cheminant).

Par un frais après-midi de janvier, j’ai demandé à Thomas de chausser ses lunettes à remonter le temps et me conduire à travers les plus vieilles rues de Metz  !

7 preuves des grandeurs passées de Metz

Le plus grand amphithéâtre de l’Empire romain

Avec ses 30 000 places, l’amphithéâtre de Metz était le plus grand amphithéâtre du Nord des Alpes ! Ses vestiges se situent sous le quartier actuel du Centre Pompidou, de Muse et du Centre des congrès, qui porte logiquement le nom de cet amphithéâtre. Rappelez-vous, c’est dans ses ruines qu’aurait élu domicile le vilain Graoully, avant que Saint Clément ne le jette dans la Seille et qu’on finisse par l’empailler et suspendre son trophée dans les airs de la rue Taison !

visite-metz-thomas-wilvert-adoptemetz

La capitale d’un immense royaume

De 511 (date de la mort de Clovis) à 751 (intégration au royaume de Pépin le Bref) , Metz a été la capitale de l’Austrasie, un royaume étendu de la Mer du Nord au Jura. On a failli reprendre ce nom pour baptiser la grande région Alsace Champagne Ardenne Lorraine, finalement baptisée avec pudeur et simplicité « Grand Est ». L’Histoire se souvient de certains de ses souverains : le bon roi Dagobert a été le roi de l’Austrasie avant de devenir roi de France ! L’une de ses reines, Brunehilde, est un modèle de femme d’Etat et de pouvoir quelque mille ans avant Catherine de Médicis.

La Saint-Denis de l’Est : Metz tombeau des rois

Metz était une nécropole royale : à l’abbaye de Saint Arnoul reposait l’une des épouses de Charlemagne (Hildegarde) et leur fils, le roi de France Louis le Pieux. Le tombeau en marbre de celui-ci fut depecé à la Révolution avant d’être reconstitué et exposé aux Musées de la Cour d’Or. On retrouve deux des colonnes d’entrée du tombeau devant le presbytère de l’église Notre Dame de l’Assomption (rue de la Chèvre), les deux autres à l’entrée du cloitre des Récollets.

visite-metz-thomas-wilvert-adoptemetz

 

Des pièces d’or par milliers sur la Place Saint-Louis

Metz a été une place financière européenne de premier plan, et c’est sur la jolie Place Saint Louis que prospéraient les banquiers lombards, les plus puissants d’Europe. D’ailleurs, le mot Banque vient du mot italien « banca », qui signifie banc. On voit encore ces bancs de sous les arcades de la Place Saint Louis : chaque jour les banquiers y déployaient leurs pièces de monnaie. Ces belles arcades entouraient alors complètement la Place Saint Louis. (NDLR : rendez-vous sur cet article pour découvrir la Place Saint Louis dans l’effervescence des Marchés de Noël !)

visite-metz-thomas-wilvert-adoptemetz

Des caves emplies de sel !

Parmi les marchandises transitant par le carrefour européen Metz, se trouvait le … sel ! En effet, celui-ci était extrait dans la région du Saulnois (et notamment Marsal, que j’avais visité l’année dernière) et stocké dans les grandes caves situées sous la Rue des Murs. Nous les piétinons lorsque nous gravissons cette rue escarpée entre En Fournirue et le Cloitre des Récollets, qui offre un beau panorama sur de vieilles façades en Pierre de Jaumont !

visite-metz-thomas-wilvert-adoptemetz

Une avant-garde de la démocratie : la République messine

Au Moyen-Age, Metz se distinguait de ses territoires voisins par son mode de gouvernement plus proche d’une démocratie que d’une royauté : alors que la Lorraine se trouvait sous la domination des Ducs et les Francs sous celle des rois, Metz avait chassé l’évêque et s’était organisée en république d’oligarques. Sous ce gouvernement, du Moyen-Âge au XVIème siècle, Metz a connu un rayonnement économique et politique sans précédent. Dans ses voeux pour l’année 2018, le Maire Dominique Gros a d’ailleurs fait référence à cette époque glorieuse de la Ville.

118  familles bourgeoises messines, chacune représentant une vertu et censée descendre des familles troyennes de la mythologie grecque, s’étaient organisées en six paraiges et se répartissaient les postes de la fonction publique. Ils élisaient parmi eux le maître échevin, ou Maire de la Ville.  Les chefs de famille étaient regroupés en Paraiges, et chaque Paraige dominait un quartier de Metz (où ils occupaient un hôtel particulier emblématique, comme l’Hôtel de Gournay ou l’Hôtel Saint-Livier) ! Un sixième paraige dit « paraige du commun » a été créé plus tardivement pour représenter les grandes familles commerçantes : c’était un moyen pour les Messins issus des classes populaires d’accéder au rang de bourgeois. Dans le conseil de la Cité, les membres du Paraige des communs étaient deux fois plus nombreux que les Paraiges patriciens. Leur blason blanc et noir est resté celui de la Ville de Metz.

 

visite-metz-thomas-wilvert-adoptemetz

 

Louis vaut bien une messe messine…

Derrière la somptueuse façade de l’église Notre-Dame de l’Assomption, située rue de la Chèvre, des messes ont été dites pour deux grandes personnalités françaises : pour Louis XV, à qui le voyage à Metz a failli être fatal, et pour le jeune bébé Paul Verlaine. Tombé malade lors de sa venue à Metz, Louis XV a passé une semaine entre la vie et la mort, avant de se rétablir et se voir doté du surnom de Louis le Bien-Aimé par un chanoine messin qui avait été témoin du chagrin du peuple français pendant la maladie de son roi. Cependant, bien que son fronton ait été décoré par la Reine de France pour célébrer la guérison du roi, l’église a été transformée en temple laïc pendant la Révolution française. Rendue au culte catholique par Napoléon, elle a été le décor du baptême de Paul Verlaine , qui est né dans notre ville (dans un discret immeuble face à l’entrée du tribunal).

 

Et d’autres choses que vous apprendrez de Thomas Wilwert…

Voilà les sept anecdotes que j’ai retenues de ma visite, parmi toutes celles que Thomas a livrées tout au long de notre parcours dans les jolies rues ensoleillées de Metz. Je ne peux que vous recommander de lui demander une visite privative où vous pourrez chausser ses lunettes spéciales pour les détails architecturaux dans le vieux Metz ! D’ailleurs, il en partage un certain nombre sur son groupe Facebook Visites touristes et exploration urbaine de Metz, et je suis toujours ébahie par la documentation et la passion qui ressortent de ses publications.

 

visite-metz-thomas-wilvert-adoptemetz

Pour finir, je vous pose une colle : où cette photo a-t-elle été prise ? Thomas saura vous guider jusqu’à la réponse…

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *